Résolution FTQ sur la santé

Résolution sur la santé

ATTENDU QUE l’adoption, en juin 2009, de la Loi 34, Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant les centres médicaux spécialisés et les laboratoires d’imagerie médicale générale;

ATTENDU QUE cette loi oblige la population à recourir aux soins et services de cliniques médicales spécialisées privées (CMS) formées exclusivement de médecins non participants au régime public pour les chirurgies de la hanche et du genou et qu’elle étend cette obligation à une liste de 54 chirurgies si elles exigent un hébergement de plus de 24 heures;
ATTENDU QUE le régime public, en dirigeant une partie de sa clientèle vers les CMS, leur assurera un volume suffisant pour leur fonctionnement tout en drainant nécessairement des ressources professionnelles et des salariés du secteur public vers les cliniques médicales spécialisées privées;
ATTENDU QU’une telle transformation rassemble les éléments propices l’établissement éventuel d’un nouveau marché pour l’assurance privée;
ATTENDU QUE plusieurs experts estiment que le coût des assurances collectives grimpe de 10 % annuellement (et ce sans compter les effets de la Loi 34), et qu’il risque de représenter jusqu’à 16 % de la masse salariale des entreprises québécoises d’ici 2014, avec des contrecoups inévitables au niveau des relations de travail;
ATTENDU QUE ces mêmes experts avancent que les régimes d’assurance collective prendront une importance capitale sur le plan social compte tenu du désengagement progressif de l’État dans l’assurance des soins de santé;
QU’IL SOIT RÉSOLU :
1. Que la FTQ réitère sa position contre la privatisation accrue du système public de santé du Québec et le désengagement de l’état, et notre conviction qu’il est possible d’apporter des solutions efficaces aux problèmes rencontrés dans le système public;
2. Que la FTQ fasse toutes les représentations pour ainsi promouvoir, et sans s’y limiter :
• la mise sur pied de cliniques publiques de première ligne;
• la gestion centralisée des listes d’attente;
• la formation axée sur la médecine familiale plutôt que sur la médecine spécialisée;
• l’informatisation intégrée des dossiers médicaux;
• la réorganisation nécessaire du travail et des services;
3. Que la FTQ affirme haut et fort son opposition à l’extension de la couverture de l’assurance privée pour des soins et services actuellement assurés par le régime public;
4. Que la FTQ sensibilise nos employeurs à cette réalité qui pèsera de plus en plus sur les relations de travail;
5. Que la FTQ accorde une attention particulière aux pressions sur nos régimes collectifs d’assurances et dans le cadre des négociations collectives.